LA JONCTION DERMO-EPIDERMIQUE

Une zone au cœur du processus de vieillissement de la peau.

La jonction dermo-épidermique est la région qui sépare le derme de l’épiderme. Également dénommée membrane basale épidermique, elle est constituée de quatre parties :

  • La membrane plasmique des cellules de la couche basale de l’épiderme. La lamina lucida d’une épaisseur de 20 à 40 nm ; elle est traversée par des filaments d’ancrage qui sont riches en laminine.
  • La lamina densa d’une épaisseur variable avec l’âge (30 à 60 nm) qui est majoritairement constituée de collagène de type IV mais également de laminines. Elle constitue une zone d’ancrage intermédiaire pour les filaments d’ancrage issus de l’épiderme et les fibres d’ancrage issues de la zone fibrillaire du derme papillaire.
  • La zone fibrillaire comprend des fibres d’ancrages d’une épaisseur de 20 à 60 nm constituées de collagène de type VII. Elles font le lien entre la lamina densa et les plaques d’ancrage dans le derme papillaire ou forment des boucles enchevêtrées joignant deux parties de la lamina densa.

Le rôle de la Jonction Dermo-Épidermique

Elle assure dans la peau plusieurs fonctions fondamentales :

  • Celle de support mécanique pour l’adhésion de l’épiderme au derme
  • Celle de déterminer la polarité des kératinocytes basaux, l’organisation spatiale des kératinocytes et donc la structure de l’épiderme
  • Celle de barrière sélective permettant le contrôle des échanges moléculaires et cellulaires entre les deux compartiments
  • Rôle fondamental lors de la réparation cutanée en servant, au travers des laminines qui la constituent, de support pour l’adhésion, la croissance et la migration des kératinocytes

Le vieillissement de la peau

Avec le temps (oxydation, variations hormonales…), ou à cause de facteurs environnementaux extérieurs, l’épaisseur de la peau diminue : atrophie du derme et de l’épiderme, renouvellement des kératinocytes ralenti. Les propriétés de la JDE s’altèrent : diminution des échanges entre l’épiderme et le derme, de l’adhésion des kératinocytes et aplatissement de cette zone d’échange. Ce ralentissement du rythme de réparation de la peau entraîne la formation des rides et favorise le relâchement cutané.

Dans son approche anti-âge, CEBELIA a décidé de se focaliser sur cette jonction dermo-épidermique et plus particulièrement sur le rôle des laminines et des filaments d’ancrage. Grâce à une collaboration remarquable avec le professeur Patricia Rousselle et ses équipes, la CEBELINE, un fragment actif de la Laminine 5, a été mis au point, permettant de maintenir la bonne intégrité de la JDE.

[EN SAVOIR PLUS SUR LA CEBELINE : NOTRE ACTIF BREVETÉ]

Recherche et
développement

Manifeste Cebelia

La créatrice


Lorsque vous naviguez sur notre site internet, des informations sont susceptibles d'être enregistrées, ou lues, dans votre terminal, sous réserve de vos choix.

Acceptez-vous le dépôt et la lecture de cookies afin d'analyser votre navigation et nous permettre de mesurer l'audience de notre site internet ?

Poursuivre la navigation